VOLEZ, VOGUEZ, VOYAGEZ - Madice Agency
2133
post-template-default,single,single-post,postid-2133,single-format-gallery,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive
VOLEZ, VOGUEZ, VOYAGEZ

VOLEZ, VOGUEZ, VOYAGEZ

Une invitation au voyage savamment orchestrée par l’emblématique Maison Louis Vuitton pour venir y découvrir l’univers de sa maroquinerie. Du 4 décembre au 21 février 2016 se tient l’exposition « Volez , voguez, voyagez » au Grand Palais.

L’exposition retrace l’épopée de Louis Vuitton et de ses articles de voyage. De la malle de 1906 à la bagagerie masculine des dandys, le visiteur participe à l’Odyssée Vuitton et plonge dans l’histoire du malletier.

Neuf chapitres articulés et scénographiés par le metteur en scène de théâtre et d’Opéra Robert Carsen, pour comprendre les influences et les aspirations de la Maison haute-couture. L’exposition souligne l’héritage de la Maison Vuitton et les tendances qui ont traversé les siècles. Une collection de malles grandeur nature avec les lattes et le ferrage orné du monogramme « LV ».

Une invitation au voyage qui présente la mythique Maison comme étant pleinement associée à l’évolution des grands moyens de transport. Une bagagerie singulière et particulière qui a permis de révolutionner le temps du voyage.

A chaque malle sa fonction : pour les expéditions en croisière, en avion, en train mais aussi des malles spécifiques comme le Steamer bag, un sac souple pour y recueillir son linge sale lors des traversées en bateau, les malles-lit pour contenir une couche à déplier en cas d’escale en voiture ou encore les malles pour les nécessaires à pique-nique.

La malle c’est aussi un le symbole du trésor caché, du secret. Au côté du voyage, la malle est un écrin qui a protégé la musique, l’écriture, la beauté et les parures féminines. La malle pouvait alors être taillée sur mesure pour un Stradivarius, une machine à écrire, une œuvre d’art ou pour y cacher des effets personnels, brosses, miroirs, diamants…

Au fil de ce parcours le visiteur traverse les mers, embarque sur les navires, mais l’une des atmosphères les plus insolites de l’exposition est certainement celle qui évoque le fameux roman d’Agatha Christie, Le Crime de l’Orient Express. Le visiteur entre dans un authentique compartiment en bois vernis, avec des images qui défilent aux fenêtres.

Olivier Saillard a choisi de garnir les malles de pièces et de vêtements datant des mêmes époques que les bagages ; des accessoires archivés au Palais Galliera, musée de la mode qu’il dirige depuis 2010. Une mise en scène réaliste donc, des malles ouvertes comme suspendues dans le temps, un arrêt sur image comme si les voyageurs venaient de prendre place à bord et de déplier leurs affaires personnelles. L’exposition donne du souffle et une âme à ces malles mythiques qui contenaient la vie et les secrets de leurs possesseurs.

Mais au-delà de la mise en scène de cette maroquinerie d’exception, c’est toute la saga Louis Vuitton qui est dépeinte ici ainsi que l’histoire des créateurs de la Maison. La première salle entièrement recouverte de bois fait référence à la région d’origine de Louis Vuitton, le Jura. Ensuite, une majeure partie de l’exposition est un hommage à la dynastie « romanesque » de la Maison avec Gaston, le troisième de la génération.

L’exposition emmène le visiteur sur les traces des voyageurs du temps passé, un saut dans l’ancien temps conjugué à la modernité car le bagage ne cesse de se réinventer pour répondre aux attentes nouvelles du voyage.